Eliohs: Electronic Library of Historiography
01
 
Collane Catalogo Generale Altre Risorse Ricerca Home

Anne-Robert-Jacques Turgot

Plan d'un ouvrage sur la géographie politique [*] [1]

Anne-Robert-Jacques Turgot, Plan d'un ouvrage sur la géographie politique
URL: http://www.eliohs.unifi.it/testi/700/turgot/plangeo.html
Édition HTML par Guido Abbattista et Rolando Minuti pour Cromohs© (marzo 1996)

(Idées générales; divers aspects de la géographie politique.—Esquisse du plan; mappemondes politiques.—Première mappemonde: les races —Deuxième mappemonde: institution des peuples sur le globe, les colonies et les guerres; les climats.—Troisième mappemonde: la Gréce — Quatrième mappemonde: l'époque d'Alexandre. Cinquième mappemonde: la République romaine — Sixième mappemonde: L'Empire romain; Constantin; les religions; l'intolérance; le christianisme — Septième mappemonde: les Barbares; Mahomet — Les Pays-Bas) (A. L., copie — D. P., II, 166, reproduction avec quelques altérations)

1. Le rapport de la géographie physique à la distribution des peuples sur le globe, à la division des États. Vue générale de la division des peuples considérée historiquement. De la formation des États, de leurs réunions. Principes de ces réunions tirés du droit public, combinés avec les obstacles ou les facilités qu'y mettent les situations respectives des provinces.

2. La géographie considérée par rapport à la balance du commerce, à la richesse respective des différentes contrées, aux denrées différentes qu'elles produisent, aux branches de commerce qui naissent de ces variétés, à la circulation des marchandises, d'abord en général du globe ou de climat à climat, de celle de peuple à peuple, de celle de province à province.

3. La géographie considérée par rapport aux facilités plus ou [256] moins grandes des communications par terre, par mer et par rivières. Des effets de cette communication sur les conquêtes, sur les ligues, sur les intérêts respectifs des États et sur les craintes qu'ils peuvent inspirer. De ses effets sur les différentes branches de commerce relatives à la nature des denrées plus ou moins faciles à transporter, plus ou moins précieuses, sous un volume et un poids plus ou moins grands.

4. La géographie considérée par rapport aux différents gouvernements, aux différents caractères des peuples, à leur génie, à leur valeur, à leur industrie; séparer ce qui appartient là dedans aux causes morales: examiner si les causes physiques y ont part, et comment.

5. Le résultat de tous ces principes et leur application, aux intérêts des princes, aux rapports des parties du monde, à ceux des États de l'Europe dans leur situation présente, à leur puissance, à leur commerce, à leurs intérêts faux ou vrais, leurs vues, leurs espérances bien ou mal fondées, aux différents systèmes de politique embrassés successivement par chaque cour, au système de l'équilibre, aux révolutions ou possibles, ou vraisemblables. L'application de ces principes à la politique intérieure, à la situation des capitales, à la division des provinces, à la distribution de l'autorité dans ses différents départements, à la balance du commerce, aux diverses branches de productions et de commerces qu'il convient de favoriser, à l'établissement des ports de mer, des chemins, des points de réunion, des capitales, des provinces, des tribunaux, des gouvernements municipaux, de celui même des communautés; à la balance de la capilale et des provinces, des villes et des campagnes, des provinces et des villes entre elles. Du rapport de la nature du gouvernement à l'étendue des États.

Il me semble que toutes ces idées développées formeraient ce que j'appelle la géographie politique.

On peut faire une division plus générale encore, et comprendre tout ce qui regarde le rapport de la géographie à la politique sous deux articles: la diversité des productions et la facilité des communications; ce sont là, en effet, les deux éléments variables d'après lesquels il faut résoudre tous les problèmes de la géographie politique. Il faudrait cependant y ajouter encore la division des États, qui dépend en partie de ces deux principes, mais qui tient aussi en partie aux événements [257] fortuits qui se sont succédé dans la suite des temps.

On peut ranger tout ce qui regarde la géographie politique sous deux divisions; la géographie théorique, et la géographie historique.

La première n'est guère que le rapport de l'art du gouvernement à la géographie physique; comme la terre est le théatre de toutes les actions humaines, cet objet renfermerait presque tout l'art de gouvernement, et pour ne pas l'y insérer tout entier, il faudrait souvent faire violence à la suite des idées. Mais si on y fait entrer tout, pourquoi déguiser un traité complet de gouvernement sous ce nom étranger de géographie politique ? Ne vaut-il pas mieux présenter la partie sous le nom du tout, que le tout sous le nom de la partie, quelque principale qu'elle puisse être ?

La géographie politique positive ne renferme que deux parties, le présent et le passé. L'état actuel du monde politique, les différentes forces des nations, leurs bornes, leur étendue, leurs qualités physiques, morales et politiques: c'est-à-dire, la quantité d'hommes, les richesses de chaque État, le caractére de ses habitants, la facilité ou les obstacles que met à leur agrandissement la nature de leur gouvernement, le commerce des differéntes nations, leurs prétentions respectives, leurs intérêts faux ou vrais, le chemin qu'ils suivent à présent, et la direction de leurs mouvements vers un progrès plus grand encore ou vers leur décadence; voilà la vraie géographie politique, à prendre le mot de géographie sous le sens dans lequel il est pris ordinairement, d'une description de la terre. Mais la géographie, par là même qu'elle est le tableau du présent, varie sans cesse; et puisque tout ce qui est passé a été présent, l'histoire, qui est le récit du passé, doit être une suite de ces tableaux de l'histoire du monde pris dans chaque moment. Je parle de l'histoire universelle.

Si l'on comprend dans la géographie l'état des nations, il y a bien peu à ajouter à la géographie des différentes époques pour en faire l'histoire universelle, tout au plus les noms et les actions de quelques hommes; en un mot, l'histoire et la géographie placent les hommes dans leurs différentes distances; l'une exprime les distances de l'espace, l'autre celles du temps. La description nue des terrains, d'un côté, la suite sèche et numérale des années, de l'autre, sont comme la toile où il faut [258] placer les objets. La géographie ordinaire et la chronologie en déterminent les situations; l'histoire et la géographie politique les peignent de leurs propres couleurs. La géographie politique est, si j'ose ainsi parler la coupe de l'histoire. Il en est des différentes suites d'événements qui forment l'histoire de chaque pays par rapport à celle du monde, comme des fibres qui forment le tissu d'un arbre depuis sa racine jusqu'à son sommet; elles varient sans cesse entre elles, et chaque point de la hauteur, si on y fait une section transversale, présentera la figure qui lui est propre, en sorte que l'arbre entier n'est que la suite de ces tranches variées. Voilà l'histoire universelle. Chaque moment a une espèce de géographie politique, et ce nom convient spécialemènt à la description du moment présent où se termine necessairement le cours des différentes suites d'événements. Je vois encore que, par rapport à cet objet, le nom de géographie politique serait un déguisement de l'histoire universelle. Ne vaut-il pas mieux ranger les choses sous leur vrai titre, et donner: 1 une histoire universelle raisonnée; 2 une géographie politique qui en serait la suite; 3 un traité du gouvernement qui renfermerait ce que j'appelle la théorie de la géographie politique ?

Esquisse du plan. Mappemondes politiques.

L'idée générale du globe terrestre considéré comme habitable; de la diversité des terrains et de leur fertilité; des plaines, des montagnes, des vallées, de leurs divisions et des bornes naturelles qui les ont occasionnées; des communications plus ou moins ouvertes entre certaines limites; des obstacles plus ou moins insurmontables qu'y met la nature; ruisseaux rivières, fleuves, mers, coteaux, montagnes, chaines de montagnes, finages, cantons, territoires, provinces, régions, grands continents.

Description géographique du globe sous ce point de vue, ou mappemonde, telle que pourrait la dresser un habitant de la lune avec de bons télescopes.

Deuxième point de vue du globe, considéré par zones et par climâts: par rapport à la différente action du soleil, aux différentes lois que suivent les variations du froid et du chaud. Effets généraux et non contestés de ces lois sur la terre considerée [259] en tant qu'habitable. Idée générale de la manière dont les hommes ont pu être épars sur la surface du globe, soit qu'ils soient partis d'un centre unique, soit qu'ils aient été, dès l'origine, répandus partout; les deux hypothèses doivent produire à peu près les mêmes effets. Vue des habitants du globe ainsi dispersés, et des nations isolées par leur ignorance au milieu des nations. Du nombre d'hommes dans un espace donné aux productions de cet espace. Considérations générales sur la population des États, sur les progrès passés et futurs du genre humain. Rapport de ces productions à la manière de vivre des hommes. Premier état où l'on doit supposer à cet égard les habitants du globes. Pour expliquer ce que nous voyons, un philosophe doit remonter jusqu'à cet état de barbarie et d'anéantissement au delà duquel le genre humain n'aurait pu subsister. Supposition des hommes distribués par familles vivant de ce que le hasard leur offre, fruits, insectes, animaux.

Première mappemonde politique, ou division du monde habité par rapport aux différentes espèces d'hommes: blancs, noirs, rouges; Lapons, Celtes, Tartares, Chinois, Maures, Levantins, Indiens, Malais.

Des changements successifs dans la manière de vivre des hommes, et de l'ordre dans lequel ils se sont suivis: peuples pasteurs, chasseurs, laboureurs.

Des causes qui ont pu retenir plus longtemps certains peuples dans l'état de chasseurs, puis de pasteurs. Des différences qui résultent de ces trois états, par rapport au nombre des hommes, aux mouvements des nations, aux facilités plus ou moins grandes de surmonter les barrières par lesquelles la nature a, pour ainsi dire, assigné aux différentes sociétés leur part sur le globe terrestre, aux communications, aux mélanges des peuples plus ou moins faciles.

Comment les petites sociétés resserrées entre certaines bornes ont, par des mélanges plus fréquents, contracté un caractère, une langue, des mœurs, peut-être même une figure commune, qui forment des nations; comment des mélanges un peu moins fréquents, renfermés entre des limites plus étendues, mais plus difficiles à franchir, ont donné à ces nations entre elles une ressemblance moins marquée, mais toujours sensible. Comment le genre humain s'est ainsi trouvé divisé en grands [260] peuples; comment ces peuples mêmes se sont encore mêlés sur toute l'étendue des grands continents, en sorte que tous les peuples qui se touchent ont pris nécessairement, comme deux couleurs voisines, quelques teintes l'un de l'autre; et qu'ainsi on ne peut observer de teintes communes entre les peuples d'un continent qui paraissent partir de différents centres, et dont la nuance s'étend jusqu'aux extrémités les plus reculées, en s'affaiblissant par des dégradations plus ou moins rapides suivant que les communications avec le lieu où l'on doit en chercher l'origine, ont été plus ou moins faciles, et par là plus ou moins fréquentes.

Seconde mappemonde politique, ou distribution des peuples et des nations sur le globe.

Des bornes principales que la nature a données à ces grands peuples, et des communications principales qu'elle laisse ouvertes entre eux, et qui ont pu en quelque sorte diriger les mouvements des nations dans leurs grandes migrations.

Nouvelles réflexions sur les changements successifs dans l'état des nations; sur l'inégalité des progrès.

Vue générale des hommes divisés en peuples plus ou moins barbares, plus ou moins policés, et représentant sous un coup d'oeil dans le tableau du présent les différentes nuances de la barbarie et de la politesse, par lesquelles la nation la plus avancée a successivement passé depuis la première époque de la barbarie.

Idées générales de ces progrès dans les différentes nations et du transport des lumières de l'esprit et du perfectionnement du gouvernement d'un pays à l'autre, et des tableaux que l'univers, considéré sous ce point de vue, a présentés et présentera successivement.

Considérations plus détaillées sur le progrès des peuples.

Les hommes considérés comme formant des sociétés politiques.

De la première formation des gouvernements parmi les peuples sauvages, chasseurs, pasteurs, laboureurs. Des variétés relatives à ces trois manières de vivre.

Considérations générales sur la propriété des choses et des terrains; occupation, conservation ou occupation continuée, et les effets qui ont dû en résulter.

[261]Laboureurs, habitations, distances; à quoi relatives? Mesure des distances, villes. Du rapport entre une ville et son territoire. Origine de ces rapports.

Premiers États; comment ils ont pu se former; que la force est le seul lien qui en unisse les parties.

Colonies et guerres.— Colonies, rapports entre elles et les métropoles relativement à la facilité de la communication, et par conséquent à la distance de l'une à l'autre: relativement à l'inégalité de la puissance, et ainsi à l'avantage des situations et même à la bonté du gouvernement.

Comparaison des situations des villes entre elles par rapport à l'étendue et à la fertilité du territoire qu'elles occupent, par rapport aux commodités pour le commerce, par rapport à la difficulté de les attaquer.

Guerres entre les villes; leurs effets. Destruction des vaincus; transport des habitants, esclavage, ou lois et tributs imposés. Que ces sortes de guerres ont rarement produit des effets durables et formé des États étendus.

Guerres des peuples policés avec les barbares. Conquêtes rapides dans un grand espace, et peu durables par le défaut de liaison entre leurs différentes parties.

Que la conservation à certains égards est une conquête perpétuelle, et suppose par conséquent une aptitude perpétuelle à conquérir, une force constante et toujours applicable, quoique dans un degré inférieur.

Conquêtes moins étendues et renfermées entre des limites naturelles. États médiocres, établissement des capitales. Premiers liens du gouvernement; despotisme. L'asservissement d'un peuple suppose toujours dans l'État une partie opprimante qui, dans les mains du prince, est l'instrument de l'oppression. Cette partie est, ou un peuple particulier dominant par la force de sa situation ou de son caractère, ou un peuple conquérant répandu dans toute l'étendue du pays conquis, ou simplement un corps de troupes disciplinées. Ce dernier moyen est d'autant plus rare qu'on remonte plus haut dans l'antiquité, parce que, dans l'art militaire comme dans les autres, les premiers éléments appartiennent à tous les hommes; les progrès seuls y mettent des différences.

Du gouvernement des provinces dans les États médiocres et dans les grands empires formés par des conquêtes. Rapport de [262] la forme du gouvernement à l'etendue des États. Despotisme des grands empires nécessaire dans les premiers temps. Effets du despotisme sur les mœurs civiles. Sur la pluralité des femmes. Causes du despotisme dans certains pays, tels que l'Asie, etc. La nature du pays et la trop grande facilité des conquêtes par l'étendue des plaines et la distance trop grande entre les nations. Le progrès trop rapide de la société dans ces contrées, et l'art de conquérir perfectionné avant que l'esprit humain fût assez avancé pour avoir perfectionné l'art de gouverner, avant que les petits États eussent un gouvernennen fixe qu'un conquérant pût laisser subsister, avant que les peuples sussent former des ligues et s'associer entre eux pour défendre leur liberté, avant que les conquérants trouvassent des peuples déjà policés dont ils fussent obligés d'adopter les mœurs et les lois.

Digression sur les climats; combien leur influence est ignorée. Danger qu'il y aurait à faire usage de ce principe. Fausses applications qu'on en a faites au caractère des peuples et de leurs langages, à la vivacité de l'imagination, à la pluralité des femmes, à la servitude des Asiatiques. Vraies causes de ces effets. Nécessité d'avoir épuisé les causes morales avant d'avoir droit d'assurer quelque chose de l'influence physique des climats. De l'influence morale des climats par les objets qu'ils nous présentent. Différence de l'influence des climats d'avec les effets de la situation, qui sont la première donnée dans tous les problèmes de la géographie politique. Utilité de cette digres- sion.

Réflexions générales sur la manière dont les nations, d'abord isolées, ont porté leurs regards autour d'elles, et sont parvenues peu à peu à se connaître de plus en plus. Progrès dans l'étendue des connaissances géographiques relatives aux états successifs du genre humain. Des principaux rapports qui peuvent unir les peuples: voisinage, commerce, désir de conquérir, craintes réciproques, intérêts communs. Que chaque peuple qui a devancé les autres dans ses progrès est devenu une espèce de centre autour duquel s'est formé comme un monde politique composé des nations qu'il connaissait et dont il pouvait combiner les intérêts avec les siens; qu'il s'est formé plusieurs de ces mondes dans toute l'étendue du globe, indépendants les uns des autres et inconnus réciproquement; qu'en s'étendant [263] sans cesse autour d'eux, ils se sont rencontrés et confondus, jusqu'à ce qu'enfin la connaissance de tout l'univers, dont la politique saura combiner toutes les parties, ne formera plus qu'un seul monde politique, dont les limites sont confondues avec celles du monde physique.

Étendue de ces mondes politiques relative: 1e à l'étendue des états et à la division plus ou moins grande des nations, parce qu'on connaît toujours ses voisins: un Espagnol connaît l'Allemagne, parce qu'il n'y a qu'une nation qui l'en sépare. Si cette nation était divisée en cent petits États, il ne connaîtrait que les plus voisins de l'Espagne; 2e à la facilité des communications et aux progrès du genre humain dans cette partie; progrés du commerce, de la navigation. De l'invention de la navigation dans les différenles parties du globe.

Troisième mappemonde politique. — Egypte, haute Asie, Chine, Phénicie et commencement de la Grèce, pays barbares. Idée générale des principaux mondes politiques dans la première époque connue. Nouvelle source du mélange des peuples: le commerce et la navigation. Vues générales sur les progrès du commerce des Phéniciens et leurs colonies. Des colonies maritimes, en quoi différentes des autres; du commerce, de ses différents états. Sur la balance des nations par rapport à la richesse. et sur les révolutions des Phéniciens.

De la proportion de puissance des colonies avec leur métropole.

Route de l'argent sur le globe.

Indépendance réciproque des colonies, qui devient indépendance absolue lorsqu'elles sont assez puissantes pour se passer de leur métropole, et qui forment autant d'États égaux, dans lesquels la police a profité du degré de connaissance auquel était parvenu l'Orient, sans etre infectée par le despotisme qui a présidé à la formation des États dans cette partie du monde, parce que c'est dans cette partie du monde qu'ont été formés les premiers États.

Rapports des colonies phéniciennes avec les anciens habitants du pays. Idées de ces anciens habitants: Pélasges, Thraces, Épirotes, Cariens. Guerres dans la Grèce. Conjectures sur les guerres des Héraclides.

Tableau de la Grèce nécessairement divisée en petits États, [264] par la simultanéité de la fondation des États et par la nature du pays que coupent les montagnes et la mer.

Des Grecs considérés comme nation et comme république fédérative — Comme nation s'étendant par leurs colonies, Sicile, Grande Grèce, Ionie, Pyrène, Marseille; comme nation comprenant plusieurs petits royaumes, Macédoine, Epire; d'autres, comme la Carie, la Lydie, prenant les mœurs grecques ainsi qu'aujourd'hui le roi de Prusse prend les moeurs françaises. — Comme république fédérative, formant un corps moins étendu. Ligue des Amphictyons; rapports des colonies et des métropoles. Premiers États de la Grèce; ce qu'on sait de leur politique. Droit public des Grecs.

Guerre de Troie.

Passage du gouvernement monarchique au républicain. Des principales républiques successivement dominantes: institutions singulières de ces républiques, et leur influence sur leurs forces respectives.

De Lacèdémone en particulier. Rapports de ses lois à la situation et à l'étendue des États. Dangers de ces institutions singulières, et de leur impossibilité dans les grands États.

Carte politique de la Grèce, de ses principaux États, de leur puissance relative à la navigation. Des principales branches de leur commerce, de leurs ligues les uns contre les autres. De la Grèce comparée avec ses voisins.

Des rois de Macédoine, de l'Asie Mineure, de Lydie; effet singulier de la conquête de la Lydie par Cyrus, qui dévoila l'un à l'autre comme deux mondes politiques. Idée des révolutions qui avaient précédé cet événement dans la haute Asie. — Accroissement du premier empire d'Assyrie, toujours conquis et alternativement augmenté par ses défaites et par ses victoires. Babyloniens, Mèdes, Perses, Egyptiens, effets de la géographie politique sur ces peuples. — Considérations sur ces révolutions; des vallées du Tigre et de l'Euphrate, et des montagnes qui les environnent.

Des incursions des barbares sur les peuples policés. Des Scythes leur double route par la Transoxiane et par les gorges du Caucase.

De l'empire de Cyrus, de ses rapports avec la Grèce, changement que ces rapports mettent dans ceux des Grecs entre eux. Grecs d'Asie, Grecs d'Europe. Influence des forces maritimes. Puissance d'Athènes.

[265] Guerre du Péloponèse. Expédition d'Agésilas. Progrès de la Macédoine. Politique de Philippe; ses projets exécutés par Alexandre.

Quatrième mappemonde politique, à l'époque d'Alexandre.

Rome, Carthage, la Chine, Indes. Considérations sur l'expédition d'Alexandre, considérée dans ses effets: 1 par rapport à là Grèce; 2 par rapport à ses conquêtes; 3 par rapport aux projets qu'on lui prête.

Discussion sur la possibilité de la durée de son empire, et du gouvernement à y établir.

Division entre ses généraux; de ses effets. Comment la géographie politique a influé dans l'établissement et dans la fixation des nouveaux États. Plusieurs classes d'États sous les successeurs d'Alexandre. États grecs fondés par ses capitaines dans les pays conquis. États grecs revenus dans leur ancienne situation. Satrapies persanes devenues indépendantes. Intérêts respectifs de ces différents États.

Des États de la Grèce; combien leur situation était changée et leur état avili par la comparaison des grandes puissances qui mêlaient leurs intérêts avec ceux des petites républiques. Politique des rois de Macédoine, d'Epire, d'Egypte et de Syrie entre eux et avec les Grecs. Les rois de Syrie oublient la haute Asie. Leur situation et le choix qu'ils ont à faire de dominer dans l'ancienne Perse ou en deçà de l'Euphrate. Effets de ce choix.

La haute Asie abandonnée aux Parthes. Premier rapprochement des Chinois et des Européens par les conquêtes de Tsinchi-Hoangti, que nous appelons Gengiskan. Tableau de la formation de l'empire de la Chine; son commerce avec le Japon. Des royaumes de l'Asie Mineure. État du commerce d'Alexandrie, de Carthage, de Marseille, de la Sicile, de la Grèce. Du commerce des Indes; de quelle nature il pouvait être.
Circulation générale sur le globe dans ce temps. Des mines d'Espagne; des îles britanniques.

onsidérations sur l'état de l'Europe qui, sans être encore policée comme la Grèce, n'était déjà plus barbare. Rapprochement des ligues latines, etrusques, etc., avec l'état où les Carthaginois trouvèrent l'Espagne, et César les Gaules.

Considérations particulières sur les progrès simultanés de [266] Rome et de Carthage. Idée des conquêtes des Romains. Combinaison singulière de leur caractère, de leur gouvernement, et de la disposition des peuples qui les environnaient. Leur rencontre avec les Carthaginois. Forme de leur guerre. Intérêts que les puissances grecques désiraient y prendre. Destruction de Carthage. Changements que l'introduction des Romains dans le monde politique des Grecs dut apporter à l'intérêt de ceux-ci.

Cinquième mappemonde politique.— Détails sur l'intérieur de la Grèce. Des ligues qui avaient succédé à l'influence des anciennes républiques, des Étoliens, des Achéens, etc.

Des rois de l'Asie Mineure; des grandes puissances. Réflexions sur le peu de souplesse des cours à changer le système de leur politique quand les circonstances changent. Que l'intérêt des États n'est souvent connu que lorsqu'il est déjà changé. Politique des Romains avec les rois.

Guerres de Mithridate. Domination universelle des Romains.

Considérations sur les conquêtes d'une république; modifications que mirent aux principes généraux sur cette matière les circonstances particulières aux Romains.

Du gouvernement romain considéré par rapport aux provinces. Des provinces romaines et des États gouvernés par leurs propres lois. Des tributs, des pillages des proconsuls; du gou- vernement des Romains considéré dans la balance des provinces et de Rome, dans la contradiction de la puissance des Romains avec leurs lois et la forme de leur gouvernement. De l'inégalité des particuliers, de la puissance des légions et des généraux.

Des remèdes qu'on aurait pu imaginer pour remédier à ces maux, si on les avait prévus, et si ceux qui étaient assez puissants pour les prévenir ou les réparer, n'eussent pas été assez peu citoyens pour préférer de dominer sur la république; ou si ceux qui étaient citoyens n'avaient pas été trop attachés à la forme ancienne, parce qu'elle était ancienne.

Idée des troubles de la république. De César, d'Antoine, d'Octave. État des provinces pendant ces troubles. Progrès continuels de la domination romaine. Époque d'Auguste.

Sixième mappemonde politique. État de l'univers sous l'empire romain. Intérieur de l'Empire. L'Empire considéré par rapport à ses voisins. Du reste du monde à cette époque.

[267] Considérations sur la forme du gouvernement; sur le rapport de Rome avec les provinces; sur la nature du despotisme des empereurs; sur les vestiges du gouvernement républicain; sur la distribution de l'autorité dans les provinces. De leur état; de l'influence des légions; de l'étendue de l'Empire. Critique du conseil donné par Auguste à ses successeurs, de coercendo intra fines imperio

Des barbares et des Parthes, des peuples des montagnes de l'Arménie.

Sur l'étendue des États en général, relativement à l'administration intérieure, à la forme du gouvernement, à l'autorité plus ou moins bornée, à la manière dont elle se distribue et dont elle agit dans les provinces, à sa distribution en départements; à la facilité de transporter les forces qui contiennent les peuples dans la soumission et qui répriment les voisins; à la facilité de transporter les armées différentes dans différents siècles et dans différents pays; à la facilité des correspondances, des chemins publics, des messageries publiques, etc.

Vices essentiels du gouvernement de l'Empire; pouvaient-ils être corrigés ? et comment ? Considérations générales sur la diffieulté et les moyens de faire subsister un État fort étendu.

Du gouvernement municipal; des sénats de petites villes. Quel parti on en pouvait tirer au lieu de les laisser avilir. Ces idées pouvaient-elles être connues dans les siècles dont il s'agit ? et les circonstances permettraient-elles d'en faire usage? Que l'Empire ne fut jamais assez grand.

Tableau de l'Empire sous les empereurs. Changements insensibles. Mélange plus intime des parties de l'État. Multiplication du droit de cité. Comment l'empereur cesse d'étre l'empereur de Rome, pour être l'empereur de l'Empire, et comment cette révolution dans les idées se fit sans être sentie et sans qu'on en recueillît les avantages.

État du commerce sous les empereurs. Tableau de la circulation générale sur le globe à cette époque.
Essai sur l'intérieur de l'Empire, sur sa division en provinces, sur les métropoles et les diocèses, sur le rapport des villes et des campagnes, sur la culture des terres et le commerce. Étabblissement des principes de géographie politique relatifs à ces objets, et leur application à l'empire romain.

[268] Carte politique de l'Empire à l'époque de Dioclétien. Révolution des idées par le partage de l'Empire préparé par les trente tyrans. Considérations sur les divisions faites par Dioclétien et ses successeurs.

Intérêts respectifs de ces parties de l'Empire; comment combinés avec l'intérét général.

Réflexions sur la manière dont les États s'incorporent par une longue union, en sorte que les barrières naturelles semblent aplanies; que l'on ne voit pas que les armées romaines aient éprouvé les mêmes difficultés à traverser l'Empire qu'éprouveraient aujourd'hui les armées européennes à passer d'un royaume à l'autre, et pourquoi.

L'empereur d'Italie ne pouvait tirer des Vaudois les mêmes avantages qu'un duc de Savoie. Ces peuples étaient neutres parce que la guerre entre l'empereur des Gaules et l'empereur d'Italie était une guerre d'armée à armée, et non de nation à nation.

Considérations sur ce que l'empire romain serait devenu abandonné à lui- même.

Époque de Constantin. Translation du siège de l'Empire à Constantinople, et considérations générales sur la position des capitales relativement à l'étendue des États, à leur commerce intérieur, à leur commerce extérieur, à la situation des provinces plus ou moins importantes sur lesquelles elles dominent, aux ennemis qu'elles ont à craindre, à leurs projets d'agrandissement, enfin aux établissements déjà faits, aux mouvements qu'a reçus la machine de l'État et au danger du changement. Que, dans les grands empires, la situation des capitales n'est déterminée qu'à peu près par la géographie politique.

Faute de Constantin. Si César avait eu le même projet, Constantin n'avait pas les mêmes motifs, et Constantin n'a pris que le mauvais du projet. Il transporta à Constantinople les mêmes défauts qu'avait Rome. — Qu'il fallait joindre au projet de transporter la capitale de l'Empire, celui de conquérir le nord de l'Europe et de ne laisser à l'Empire aucun ennemi à craindre. D'un autre côté, que le projet de César de commencer par vaincre les Parthes avant les Germains, était une faute s'il voulait faire plus qu'Antoine. — Que Julien fit dans la guerre des Perses une faute plus grande encore, et dont l'Empire ne s'est point relevé — Que la translation de l'Empire à Constantinople [269] détermina la division absolue des deux empires d'Orient et d'Occident.

Nouvel élément introduit du temps de Constantin dans les problèmes de la géographie politique: la religion.

Considérations sur les premières religions des hommes. De l'idolâtrie; des dieux tutélaires; de la compatibilité de tous les dieux et de tous les cultes. Idée de la manière dont les peuples s'en rapportaient à la parole les uns des autres sur leurs dieux; comment les Latins attribuaient à Neptune les aventures de Poseidon. Une pareille religion pouvait bien quelquefois être un instrument dans les mains de la politique pour encourager les peuples; mais sa variété était trop uniforme pour être considérée dans la géographie politique, du moins en grand; car il y a quelques exemples de guerres entreprises par les anciens pour venger la sainteté d'un temple violé. Ces profanations de temples n'étaient qu'une injure; les peuples se battaient pour leurs dieux comme nos chevaliers pour leurs dames. Guerre sacrée contre les Phocéens, en vertu d'un décret des Amphictyons Mais en général la religion était partout la même; les dieux seuls étaient différents; et si leurs cultes s'étendaient quelquefois, c'était en se mélant et non en se chassant réciproquement des contrées où ils étaient reçus.

Deuxième espèce de religions: religions exclusives de tout autre culte. Ou elles furent l'ouvrage des législateurs, et en ce cas elles furent bornées à l'étendue d'une nation, et devinrent un mur de séparation entre elle et ses voisins, comme la religion judaïque, et n'eurent pas une grande influence sur la géographie politique. Ou elles n'eurent d'objet que la vérité, comme quelques sectes de philosophie, et seulement alors elles devinrent une sorte d'injure faite au reste du genre humain: les religions chrétienne, mahométane, et peut-être encore d'autres.

Chercher ce que c'est que la secte des lamas, celle des mages, celle des talapoins et celle des brames. Ces sortes de religions se subdivisent encore. Ou elles se bornent a n'être que de simples sectes, à n'éclairer qu'un petit nombre d'hommes choisis dans une nation, sans entreprendre d'éclairer tous les hommes, et en laissant subsister tout l'appareil extérieur du culte établi; telles ont été les sectes des philosophes. Ou elles ont été animées de l'esprit de conversion; elles ont eu pour but [270] tous les hommes et toutes les nations. C'est alors seulement qu'elles entrent dans la géographie politique.

La religion chrétienne paraît être la première qui ait mérité d'y entrer. Des sectes dans lesquelles elle s'est partagée.

La religion mahométane l'a suivie; car les autres sectes dont j'ai parlé plus haut sont trop peu connues, et ont produit des effets trop éloignés de nous pour offrir une grande matière à nos spéculations. En général même, autant que je puis me rappeler leur histoire, ces sectes n'ont guère produit de révolutions, et elles ont été plus occupées à se défendre contre l'oppression des mahométans qu'à s'établir dans de nouveaux pays et à s'y troubler mutuellement. Le zèle, dont sans doute elle ont été animées autrefois dans les temps ignorés de leur établissement, puisqu'elles ont pu s'établir, a fait depuis longtemps place à l`indifférence, et leurs prêtres sont plus occupés à jouir qu'à acquérir.

Comment la religion a commencé à influer sur la politique intérieure et extérieure. Pourquoi le christianisme a été persécuté dans l'empire plutôt que les divinités étrangères, les sectes philosophiques et même le judaïsme. De son hétérogénéité avce les cultes établis.

Idée du christianisme. Comment lié au judaïsme. Comment il a étendu la sphère des bienfaits de Dieu sur toute la terre. De sa diffusion dans l'empire romain, principalement: d'abord par les Juifs, ensuite par les Gentils, qu'il a regardés comme égaux aux Juifs.

Premier rapport des religions avec la politique; la persécution à laquelle elles sont exposées dans leur établissement. Effets de la persécution quand elle est destructive, et quand elle ne l'est pas; qu'elle est aux religions ce qu'est la taille aux arbres, qu'elle les détruit ou les fortifie. Idée des progrès des religions et des effets de la persécution sur elles relativement à ces progrès. Différence à cet égard d'une secte qui s'élève et d'une secte qui tombe. Difficulté d'arrêter l'une et l'autre dans son élévation ou dans sa chute.

Que la religion chrétienne a dû sa principale force à la vérité de ses dogmes comparée à l'absurdité du paganisme. Le fanatisme est une passion, et toutes les passions sont fondées sur la manière dont leurs objets agissent sur les hommes. Si on aime mieux une femme qu'une autre, elle a, par rapport à son amant, [271] avantage sur sa rivale. En fait d'opinion, c'est toujours la raison qui fonde cette passion. Il est vrai que la crainte et l'espérance l'augmentent beaucoup; ajoutons l'orgueil. Que les religions, même sous les dehors du fanatisme, se combattent par de raisons; que ces raisons ne tirent pas toujours leur force de la verité, mais des opinions déjà établies et des préjugés. Que, lors même qu'elles agissent par la force de la vérité, ce n'est pas toujours par une vérité absolue, mais par une vérité relative qui se trouve d'erreur à erreur. Progrès du christianisme et son adoption par Constantin.

Deuxième rapport de la religion à la politique intérieure. Des secours mutuels que se prêtent la religion et le gouvernement. Mélange des deux puissances, ou plutôt usurpations mutuelles de l'une et de l'autre; de là l'intolérance réduite en système et incorporée à la législation et à la constitution des États. Intolérance entre les parties d'un même peuple. Intolérance de peuple à peuple, d'où sont venues les guerres de religion.

Troisième rapport de la religion à la politique. Que l'intolérance est plus ou moins incorporée aux religions. Différence à cet égard entre le christianisme et le mahométisme. Intolérance du mahométisme différente de celle des chrétiens. Que les effets de l'intolérance varient suivant que les religions sont plus ou moins éloignées de leur origine et de leur première ferveur, et aussi suivant que les esprits sont plus ou moins éclairés.

Des differentes sectes dans une même religion; du gouvernement ecclésiastique et du lien qu'il peut former entre plusieurs États indépendants.

Trois sortes de guerres de religion: guerres faites par les mahométans et par les chevaliers teutoniques pour étendre leur religion. Guerres de religion défensives.— Croisades pour venger les lieux saints et pour rétablir la religion dans les lieux où elle était établie. — Enfin guerres pour défendre la liberté des consciences contre les persécutions; guerre des protestants.— Influence de ces trois intérêts dans la politique. Liaison qu'établissent la diversité et la similitude des religions entre les sujets persécutés d'un prince et les princes voisins de la même religion. Moyens de remédier à ce mal.

Intolérance et tolérance. Fausseté, injustice et inutilité du premier système. Nécessité de la tolérance; examen des différentes manières d'établir la tolérance; fausses idées à ce sujet; [272] que nulle part on n'en a suivi toutes les conséquences; dangers de ces conséquences. Que la tolérance doit être sans bornes même par rapport à l'exercice public, et qu'alors seulement la religion n'entrera plus dans la géographie politique, si ce n'est que parce qu'un État gouverné suivant le principe de la tolérance sera plus riche et plus peuplé qu'un autre.

Pourquoi le christianisme s'étendit dans l'empire romain; de ses progrès chez les barbares Des disputes de l'arianisme; de leurs effets par rapport aux barbares.

tat de l'Empire depuis Constantin jusqu'à sa chute; ravages des barbares; de leurs causes; de leurs premiers mouvements sous Gallien. Faute des Romains de les avoir introduits dans leurs troupes.

Faiblesse des empereurs qui achetèrent la paix. Fausse idée du président de Montesquieu sur la trop grande population du Nord, et sur le refoulement des peuples par les conquêtes des Romains.

Époque de Julien; faute qu'il fit d'attaquer les Perses. L'Empire est ouvert des deux côtés. Des empereurs suivants. De la division absolue de l'Empire sous Arcadius et Honorius. Cours des inondations des barbares dirigé vers l'Occident. Leurs établissements.

Ils se chassent les uns les autres, se fixent, se partagent l'Empire. Inondation passagére des Huns; réflexions sur l'état de barbarie. Alors la géographie politique se retrouve, et les bornes anciennes des nations se rétablissent. De la nation des Francs. Idée des ligues formées par les Germains pour défendre leur liberté. Pourquoi l'établissement des Francs dans les Gaules fut plus solide. Qu'ils réunirent une domination étendue dans la Germanie avec la possession des Gaules. Par là, ils conservèrent l'égalité du courage avec les autres Germains qu'ils domptaient par la supériorité de la puissance; le séjour des Gaules n'énerva point la nation. La puissance française devint le rempart de l'Europe, assura l'établissement des nations, et contribua même indirectement aux progrès des armes de Justinien en Italie et en Afrique contre les conquérants amollis de ces contrées.

Septième mappemonde politique.—L'Europe partagée entre les barbares immédiatement avant le règne de Justinien. État de l'empire grec; les contrées de la Germanie, possédées par la nation maîtresse de la Gaule, deviennent un poids dans la [273] balance des nations. Politique de Clovis et de Théodoric. Effets des disputes de l'arianisme dans la conquête des Francs. Idée du gouvernement intérieur de ces différents États. Des partages: de la dispersion des nations conquérantes dans l'intérieur des pays conquis, et de la forme du gouvernement qui en est résulté.

Idée de l'aristocratie. Considérations générales sur le mélange des nations: barbares avec barbares; barbares avec policés. Effets de la rencontre de ces différentes nations: Romains, Gaulois, Francs. Leur mélange.

Nouveau point de vue sur la religion chrétienne qui, cessant d'être incorporée à un seul empire, devient un lien commun entre plusieurs États, et rend le siège, Rome, un point de ralliement entre les nations. Autorité des êveques plus grande, et pourquoi plus grande dans l'Eglise et dans l'État.

Comment les êveques ont part au gouvernement et deviennent seigneurs, parce que le gouvernement devenant aristocratique, les êveques durent y rentrer, attendu qu'ils tenaient un rang considérable dans la nation. Examiner comment un gouvernement fondé par la voie des conquêtes est devenu aristocratique en Europe et non pas despotique.

Du gouvernement des Germains. Différence de leurs conquêtes avec celles des Tartares dans la haute Asie. Cette différence vient: 1 des mœurs mêmes des Germains et de la liberté qu'ils conservaient; différence entre une nation guerrière et une armade de soldats; 2 de l'état des pays conquis déjà gouvernés par des lois supérieures à tout ce que les barbares pouvaient imaginer de plus beau; 3 du partage des terres fait par les conquérants, qui augmenta la puissance des particuliers à proportion de celle de leurs chefs, et ne laissa à ceux-ci d'autre force que celle des vassaux, sans leur laisser le pouvoir de les opprimer; 4 de l'influence que prit la religion parmi ces nations.

État du commerce à cette époque; décadence des villes et du commerce intérieur, faiblesse de la marine. Route de la circulation générale sur le globe.

Réflexions sur la nation juive et sur le rôle qu'elle commençait à jouer dans le commerce d'Alexandrie, de Constantinople, et du reste de l'Europe.

Misère de l'Italie.

[274] Réflexions sur les deux principales puissances du monde: les Francs et l'empire grec. Guerres d'Italie et d'Afrique.

Comparaison des deux puissances; leurs avantages et leur désavantages jugés par les principes de la géographie politique et par les défauts de leur gouvernement intérieur.

De la Perse; des Arabes; des peuples du nord relativement l'empire grec.

Naissance de Mahomet. Réflexion sur la situation des Arabes sur la liberté qu'ils avaient conservée; sur la sécurité que leur désunion et leur pauvreté avaient toujours inspirée aux Romains; sur les avantages de leur situation pour faire des conquêtes ! ...(2)

Ce n'est pas une chose neuve de dire que les Pays-Bas et l'Italie ont ruiné l'Espagne.

Examiner si les princes espagnols n'ont pas pensé plusieurs fois à démembrer les Pays-Bas de leur monarchie; mais celui qui aurait proposé à Philippe II de les céder à quelque prince, eût été regardé comme un fou, et je ne sais de quel œil la reine de Hongrie regarderait aujourd'hui un homme qui lui ferait la même proposition. Il est du moins bien sûr que les Anglais, en faisant la guerre de 1700, ne croyaient pas rendre à la France et à l'Espagne le service le plus signalé: 1 en fomentant leur union; 2 en ôtant à la France un ennemi puissant; 3 en forçant l'Espagne à s'occuper de son véritable intérêt, la marine.

(*) Cette édition électronique a été réalisée en reproduisant sans aucune variation le texte contenu dans les Oeuvres de Turgot; et Documents le concernant. Avec biographie et notes par Gustave Schelle, Paris, Librairie Félix Alcan, 1913, vol. I, pp. 327-331. Les notes au texte sont par Schelle.

(1) Date incertaine. D'après Du Pont, Turgot commença ce travail et les suivants. étant à la Sorbonne ou peu de temps aprés en être sorti. Celui qui regarde la Géographie politique aurait été fait pour un condisciple qui avait le dessein de composer un ouvrage sous ce titre: le condiseiple fut ellrayé de la manière étendue dont Turgot voulait que le sujet fût traité: Turgot en laissait la seconde partie d'une suite de travaux dont le premier aurait été l'Histoire Universelle et le dernier aurait embrasse toute la Science du gouvernement (Oeuvres de Turgot, I, 255, )

(2) Lacune dans le manuscrit.